En quête de justice
En quêtede justice

Pour une justice éclairée

Si l'on ne veut pas que l'Histoire se répète, il ne faut pas oublier l'Histoire.

 

L'association En quête de justice (anciennement Au nom du peuple) demande l'affichage dans toutes les salles d'audience de tous les tribunaux français de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

229 députés et sénateurs soutiennent officiellement notre demande, parmi lesquels 21 ont posé à ce sujet une question écrite à Madame la Garde des Sceaux.

Un grand merci à eux !

 

Ces élus sont de tous bords, des radicaux de gauche à l’UMP, en passant par les communistes, le PS, l’UDI et les écologistes. Au-delà de la cause que nous défendons, c’est aussi une façon de montrer comment les Républicains peuvent sortir des clivages habituels pour s’unir autour d’une idée constructive.

Dans un contexte de crise démocratique, leur engagement républicain doit être salué et devrait ouvrir la voie aux autres parlementaires. On ne peut pas à la fois reprocher aux Français de déserter les urnes et ne pas soutenir leurs initiatives quand elles visent à améliorer le fonctionnement des institutions de la République.

 

Notre demande d’affichage de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen répond à deux exigences : le devoir de mémoire et la sauvegarde des droits constitutionnels. Ce texte historique, auquel la France doit son statut de patrie des droits de l'homme, ne peut pas tomber dans l'oubli, être vidé de son sens ou cesser d’être appliqué.

 

Il est écrit dans son Préambule : « Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'Homme. »

Si les Révolutionnaires ont pris le soin de rappeler la Société à ses obligations par l'énumération de principes simples et clairs, ce n'est pas sans raison. Leur Déclaration solennelle, qui fonde notre Constitution, ne parle que de la loi et des droits. Sa place légitime et naturelle est donc dans les tribunaux, là où se dit la loi et où se défendent les droits.

Pour cette raison, l'affichage de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen dans chaque salle d’audience serait un signe fort qui replacerait la République au cœur des tribunaux, en informant les Français sur leurs droits et en rappelant aux magistrats leurs devoirs.

 

Accéder au formulaire pour nous rejoindre d'un simple clic.

Accéder au formulaire pour nous rejoindre d'un simple clic

 Vos droits s'en vont ! Alors prenez la plume et chargez-la, chargez-la d'encre.

Assis, tous armés, sans hésiter, faites feu de votre plume.

L.W.W. Citashe 

Si vous souhaitez publier des extraits de nos textes, merci de citer la source (pour de courtes citations) ou de nous demander l'autorisation (pour de plus longs extraits). 

Il n'y a pas de petite ou de grande injustice. L'injustice est toujours grande.

Corinne Morel

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Corinne Morel / Tous droits réservés